L'Union panafricaine des avocats (PALU) était fière de participer au 8e Congrès annuel du Réseau africain de recherche fiscale (ATRN), organisé par le Forum africain d'administration fiscale (ATAF) en partenariat avec l'Autorité fiscale de Tanzanie (TRA), qui s'est tenu du 29 au 31 août 2023 à Dar-es-Salaam, en Tanzanie. Adolf F. Mkenda, ministre de l'éducation, des sciences et de la technologie, a présidé la cérémonie d’ouverture.

Placé sous le thème “Questions fiscales contemporaines en Afrique”, le congrès a accueilli dans la plus grande ville d'Afrique de l'Est plus de 235 participants issus des ministères des finances, des administrations fiscales africaines, de la société civile, du monde universitaire et d'autres partenaires clés, ainsi que des experts en politique fiscale, qui ont écouté les présentations de 44 documents.

L'une des discussions les plus marquantes a porté sur les avantages et les défis de l'approche à deux piliers de la fiscalité internationale préconisée par l'OCDE. Les discussions sur les difficultés et les besoins de taxer efficacement les personnes à forte valeur nette, y compris les personnalités gouvernementales, en Afrique, ont été tout aussi instructives. Enfin, les débats ont également porté sur la taxation des ressources, qui constitue l'une des principales sources de flux financiers illicites en Afrique.

Dans ses remarques préparées, M. Mkenda a fait allusion au fait que le continent africain souffre des retombées économiques résultant des perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales causées par le conflit russo-ukrainien, du resserrement des conditions de financement mondiales, de la diminution de l'aide publique au développement (APD), de l'explosion de la dette, des effets négatifs du changement climatique, et qu'il ne s'est pas encore complètement remis de la pandémie de COVID-19.

Le communiqué officiel souligne enfin l'accord des participants sur le fait qu'au lieu de s'appuyer sur des programmes fiscaux établis à l'extérieur, l'Afrique doit établir son propre programme fiscal et que la plateforme de l'UA doit être soutenue et renforcée pour garantir une position commune de l'Afrique lors des négociations qui se déroulent sur un pied d'égalité.

Spread the love